25

Jan 2021

Pays Basque 2020

Ongi etorri Euskal herrira, Bienvenue au Pays basque,

Arthur – CES au Pays Basque – 11 mois

Premier petit conseil d’emblée avant de partir en voyage dans le sud-ouest : ne faites pas comme moi et prévoyez un k-way car malgré tout ce qu’on peut entendre sur cette magnifique région (chaleur, surf, montagne, dune, ski, etc.), il pleut. Il y a même plus de précipitations qu’en Bretagne ou en Belgique. Vous voilà avertis. Maintenant, laissons la place au soleil.

Bonjour à toutes et à tous, je m’appelle Arthur Boland et je suis originaire de Bruxelles. Après 5 années d’étude universitaire, dont deux à Paris pour suivre un MBA en Sport Management, j’avais décidé pendant 12 mois de travailler en Belgique. Ce fut une période assez heureuse mais mon projet professionnel n’était pas encore tout à fait clair dans mon esprit. J’ai donc décidé de faire des recherches pour repartir à l’étranger afin d’observer une nouvelle façon de vivre et de voir le monde. Via une conférence donnée par Actiris, j’ai étendu parler du CES. En rentrant chez moi, il ne m’a pas fallu plus de deux minutes pour choisir ma destination et mon projet via la carte interactive présente sur le site. Je suis quelqu’un de très spontané qui fonctionne beaucoup à l’instinct. Parfois, cela me joue des tours mais dans ce cas-ci, c’est l’une des meilleures décisions de ma vie jusqu’ici.

Par où commencer ? À mon humble avis, la manière la plus simple de vous décrire Hendaye est de débuter par sa population : les hendayais. Le Basque en général ne s’ouvrira pas entièrement dès la première rencontre. Pour ma part, j’ai décidé d’être moi-même en ayant beaucoup d’autodérision avec une grosse part de second degré. Je sentais bien que mon tuteur voulait rentrer dans mon jeu mais nous devions d’abord passer les étapes administratives. Le lendemain, par contre, l’aventure pouvait commencer et j’allais vite me rendre compte de la magie du Pays basque.

À mon travail, au Bureau Information Jeunesse de la ville, notre champ d’actions est assez varié. Tout d’abord, nous accueillons la population locale pour les aider dans leurs problèmes du quotidien avec un point relais informatique.
Ensuite, concernant les jeunes, nous faisons des interventions dans les collèges pour leur parler des différents dispositifs existants pour circuler en Europe. Hendaye est une petite ville de 17.000 habitants et beaucoup d’entre eux ne sont jamais sortis du Pays basque. On organise aussi des soirées « cafés linguistiques » et mettons en place des tandems pour apprendre des langues tout en rencontrant une personne.
Enfin, avec Roberta, une volontaire européenne venant de Sicile avec qui j’ai habité pendant mes 12 mois sur place, nous avons pu mettre en place l’événement DiverCity. Cette manifestation a été créée en 2016 par le premier duo de SVE à Hendaye. Et depuis, c’est devenu la tradition de perpétuer cet héritage. L’objectif de cette fête interculturelle est de mélanger toutes les associations de la ville, Hendaye en a 150, et inviter la population locale à participer et se faire sensibiliser sur des thématiques importantes comme l’environnement, le handicap, la culture, etc.

À côté de cela, j’avais aussi le mercredi après-midi de libre pour faire un projet personnel. Je me suis donc rapproché de l’hôpital de la ville qui est situé en bords d’océan où ils sont spécialisés dans le handisport. Là-bas, je faisais des balades avec des résidents atteints de la Sclérose en Plaques et j’assistais aux différentes séances sportives. C’était mon petit moment à moi et j’ai adoré cela toutes les semaines.

Au niveau de la situation géographique, j’étais vraiment dans un petit coin de paradis. L’appartement était dans un quartier un peu industriel mais à 5 minutes à pied de l’Espagne, à 10 minutes de la gare pour aller dans des villes comme Bayonne ou Bordeaux et à 15 minutes en vélo de l’océan en passant par une passerelle qui longeait une magnifique rivière pour y arriver. Dans les autres villes Pays basque et du Béarn se trouvaient d’autres volontaires. Avec le temps, nous avions donc formé un groupe de 15 européens qui allaient découvrir le quotidien de chacun mais aussi les environs. Des amis précieux que je garderai pour toute la vie. La COVID a bien essayé de nous séparer mais chacun était si attaché à son projet que personne n’a pris la décision de rentrer chez lui. Pour ma part, le choix était vite fait car j’ai aussi rencontré ma future copine pendant cette année et je voulais rester avec elle. D’ailleurs, il s’agissait de mon colocataire autrichienne qui avait un projet différent à Hendaye au Domaine d’Abbadia (je vous conseille d’aller sur internet pour visionner cet endroit hors du commun).

Je n’ai pas vraiment acquis de réelles compétences pratiques mais plutôt humaines en réalisant ces différents projets. La découverte de la culture basque, la gentillesse de tout le monde et leur ouverture d’esprit sont des choses qui ont changé à tout jamais ma vision du monde. Rencontrer des personnes du même âge et qui se posent les mêmes questions que toi. Je n’aurais pas pu rêver mieux pour avancer dans ma vie. Et c’est tous ensemble grâce aux expériences de l’autre que nous avons grandi.

Actuellement, je suis resté à Hendaye car on m’a proposé un travail au Bureau Information Jeunesse après mon volontariat. Cette année m’aura permis de comprendre que je préférais vivre loin d’une grande ville pour le moment avec des personnes authentiques qui vous accueillent à bras ouverts. Mais le futur reste incertain et je suis déjà impatient de savoir quelle sera ma prochaine aventure !