Tout d’abord, je me suis lancé dans une première expérience de volontariat en Crète durant l’été 2016. J’ai toujours été attiré par les autres cultures, par le voyage et par la rencontre d’autres volontaires internationaux. J’avais comme ambition d’aller beaucoup plus loin que mon pays natal comme découvrir l’Asie, mais je me suis dit que pour une première expérience la Crète (pas trop loin) était l’idéal, et puis on voyage aussi en rencontrant d’autres volontaires des 4 coins du monde !

Après cette expérience réussie en Crète, je me suis dirigé vers l’Inde. Je voulais voir autre chose que la culture occidentale. J’ai donc choisi un chantier dans un endroit où se retrouvent indiens et immigrés tibétains, me permettant ainsi de découvrir deux cultures, la culture tibétaine et la culture indienne. Je n’ai pas vraiment eu de difficultés importantes, l’élément le plus marquant est la pauvreté très apparente dans le pays et les conditions de vie qui en suivent. Beaucoup de choses sont assez différentes de chez nous, mais je pense qu’on s’y adapte très vite. La plus grande difficulté fut de vivre au jour le jour (ne pas savoir ce qu’il se passera demain) car j’ai souvent l’habitude de planifier les choses mais là-bas c’était pas vraiment le cas, c’était l’aventure et je m’y attendais. Quand on revient d’un voyage comme celui-ci, je pense qu’on est plus patient, plus ouvert, plus confiant et surtout plus enrichi ! Les personnes que l’on rencontre sur un chantier deviennent parfois de très bons amis même après le chantier.

 

Quentin